1/01 à 01:00  - Rafraichir - Répondre

Nos domaines d’activité

  • Haute fiabilité organisationnelle

    Fiabilité et performance de l’activité opérationnelle, plans de continuité, optimisations des flux et des services supports, amélioration continue, réseaux managériaux d’entraide et d’expertise

    Qualité de vie, santé, et performance au travail

    Management de la fatigue et de la performance humaine, conciliation des sphères de vie, équilibre travail-vie privée, risques psychosociaux, travail de nuit, horaires atypiques, accidentologie, pénibilité...

    Management en situations complexes

    Management libéré, non hiérarchique, de proximité, de publics atypiques, mise en place de réseaux managériaux, bien-être du manager, dialogue social, soft-power...

    Innovation sociale

    Accompagnement durable du changement, agilité organisationnelle, supervision et régulation d’équipes, intégration des aléas (approches VUCA), intelligence économique et territoriale,

    Éthique et société

    Égalité femme-homme, intégration et recrutement de publics atypiques et à haut potentiel, diversité culturelle et générationnelle, médiation, handicap...

    Études et recherches scientifiques

    Expérimentations en situation réelle de travail, chronobiologie, psychologie, sociologie, évaluations psychométriques, enquêtes statistiques.

Le grand oral des pompiers - L’Est Républicain

Retrouvez ci-joint l’interview croisée du Colonel Thaillardat et de Marc Riedel dans l’est républicain du 28 avril 2016, lors du séminaire de l’Union Régionale Bourgogne Franche Compté des sapeurs-pompiers.

PDF - 387.2 ko
Le grand oral des pompiers - L’Est Républicain
Téléchargez l’article au format PDF

Société - L’Union régionale des sapeurs-pompiers de Bourgogne/Franche-Comté tenait, hier à l’Espace Festi’Val d’Arc-lès-Gray, un séminaire pour dépoussiérer ses habitudes et réfléchir à la mutation d’une corporation qui a besoin du volontariat

JPEG - 751.2 ko
En france, formation et astreintes comprises, un sapeur-pompier volontaire consacre en moyenne 1500 heures a l’activite sur un an

NE LES APPELEZ plus « soldats du feu ». Tellement réducteur. « On a toujours considéré que la première activité d’un volontaire consistait à lutter contre les incendies. C’est aujourd’hui 10 % des interventions en Haute-Saône, quand 80 % le sont au secours à la personne ». Le colonel Fabrice Tailhardat, président de l’union régionale des sapeurs-pompiers de Bourgogne/Franche-Comté, a l’art de planter le décor. Volontaire ou non, le pompier est bien ce premier maillon de la chaîne de secours.

En bon communicant, l’homme a ce souhait d’ouvrir les portes d’une maison où les multiples profils encouragent le franchissement du pas. Heureux de deviser sur le thème du volontariat dans l’impeccable cadre communautaire de l’Espace Festi’Val, les 120 sapeurs-pompiers issus des huit départements de la Région l’étaient dans un secteur dynamique, là où le centre d’intervention de Gray et son chef Vincent Maldonado ont su, à force d’initiatives, recruter des volontaires, « notamment chez les jeunes, ce qui est toujours un signe », glisse le colonel.

Profil du candidat adapté à l’activité de la caserne

En Monsieur Loyal du séminaire, le sapeur-pompier volontaire de Cluny Marc Riedel, docteur en sociologie des organisations, a mené des débats introduits, en matinée, par la préfète Marie-Françoise Lecaillon, le président Yves Krattinger, mais aussi par le colonel Eric Faure, président de la fédération nationale des sapeurs-pompiers. Une grand-messe que le chercheur a voulue sans faux-fuyants, « avec de vraies questions, des choses parfois mises sous le tapis ». L’occasion de chasser des tabous : « Il ne faut pas croire que seuls les gros muscles comptent pour être pompier ». Tables rondes, restitution des travaux autour du volontariat pour arriver à quelques évidences. « Au moment où l’on parle en France de crise du volontariat, cet engagement citoyen qui tient à cœur à nos autorités est prégnant chez nous. Le fameux « for us by us » des Américains (NDLR : pour nous, par nous) est résumé dans l’action du SDIS qui est le seul à donner à la population les moyens de se défendre elle-même ».

Une chose « magique » pour le sapeur-pompier volontaire de Saône-et-Loire, qui note l’impact du service public sur « l’aménagement du territoire ». Savoir que 97 % de la population haut-saônoise est couverte dans un rayon d’intervention de moins de 20 minutes rend évidente la thématique du volontariat. On ne brisera aucun secret en écrivant qu’il sera plus nécessaire encore demain. « C’est pour ça qu’il y a une distinction à faire entre candidatures et recrutement. Quand la personne se présente à la caserne, un échange s’opère avec le chef de centre. Au-delà des contraintes, les satisfactions qu’engendre l’action sont évoquées. Et puis, le profil du candidat est très souvent adapté à l’activité de la caserne », évoque Fabrice Tailhardat.

Maxime CHEVRIER

Cette problématique vous intéresse ? Rencontrons nous !

Twitter @BELIER_HRO

Copyright BELIER HRO - Site réalisé sous SPIP avec le squelette Bélier HRO. - Mentions Légales