1/01 à 01:00  - Rafraichir - Répondre

Nos domaines d’activité

  • Haute fiabilité organisationnelle

    Fiabilité et performance de l’activité opérationnelle, plans de continuité, optimisations des flux et des services supports, amélioration continue, réseaux managériaux d’entraide et d’expertise

    Qualité de vie, santé, et performance au travail

    Management de la fatigue et de la performance humaine, conciliation des sphères de vie, équilibre travail-vie privée, risques psychosociaux, travail de nuit, horaires atypiques, accidentologie, pénibilité...

    Management en situations complexes

    Management libéré, non hiérarchique, de proximité, de publics atypiques, mise en place de réseaux managériaux, bien-être du manager, dialogue social, soft-power...

    Innovation sociale

    Accompagnement durable du changement, agilité organisationnelle, supervision et régulation d’équipes, intégration des aléas (approches VUCA), intelligence économique et territoriale,

    Éthique et société

    Égalité femme-homme, intégration et recrutement de publics atypiques et à haut potentiel, diversité culturelle et générationnelle, médiation, handicap...

    Études et recherches scientifiques

    Expérimentations en situation réelle de travail, chronobiologie, psychologie, sociologie, évaluations psychométriques, enquêtes statistiques.

L’observateur participant, portrait de Marc Riedel - Magazine Sapeurs pompiers de France

Portrait de Marc Riedel paru dans le magazine Sapeur Pompier de France de septembre 2014

PDF - 144 ko
Portrait - Sapeurs pompiers de France, septembre 2014

Caporal Marc Riedel : l’observateur participant

Le Caporal Marc Riedel a mené une investigation sociologique durant plusieurs années au sein du CSP de Mâcon et du SDIS 71. Cette recherche aura permis de faire évoluer les pratiques managériales du service incendie, mais aussi de lui ouvrir les portes d’un monde qu’il a depuis fait sien.

« J’accepte volontiers que vous écriviez un article pour expliquer ma démarche de recherche, mais je ne voudrais pas être mis en avant par rapport à d’autres sous prétexte que je parle du métier comme un livre… Mes collègues opérationnels le connaissent aussi bien, voire mieux que moi. Ils sont juste plus discrets sur la question… Et si j’ai pu réaliser mon travail de recherche durant toutes ces années, et appris autant de choses, c’est en grande partie à eux que je le dois ». Le ton est donné. Marc Riedel raconte son parcours chez les sapeurs-pompiers en le remettant toujours en perspective par rapport aux autres et au collectif dans lequel il a évolué.

Tout commence par une rencontre fortuite en 2006, à 26 ans, avec le colonel Michel Marlot, directeur du SDIS de Saône-et-Loire, qui lui propose d’analyser les rigidités de l’organisation de son service pour y opérer des changements. Marc vient de terminer son DEA de sociologie à Dauphine, c’est une opportunité qu’il saisit, séduit par la personnalité hors norme du colonel. Il s’installe en Saône-et-Loire et décide de s’impliquer dans sa recherche en devenant sapeur-pompier volontaire au sein du CSP de Macon. En étant d’emblée transparent vis à vis de ses collègues concernant les recherches qu’il entreprend à la demande du directeur, le départ fut pour lui relativement compliqué à assumer en caserne.

« Du coup, j’ai vraiment essayé de faire profil bas, moi qui suis d’un naturel plutôt « expansif », une grande gueule quoi… Ce fut une vraie leçon d’humilité qui se poursuit encore aujourd’hui au travers mon activité opérationnelle. Elle me maintient les pieds sur terre ; c’est pour cela que je suis toujours pompier et que je ne lâcherai pas. Cela me permet de garder en tête ce qui est essentiel et de tempérer mes lubies de chercheur. Quand je mets les mains dans le cambouis, que je vois et que j’aide des personnes dans la détresse, c’est pour moi un vaccin contre le relâchement moral et les facilités de comportement ».

Plus de participatif

De 2006 à 2011, il établit un diagnostic qui fera l’objet de sa thèse intitulée : « Une recherche action chez les sapeurs-pompiers. Perspectives conatives sur les dynamiques sociales d’un SDIS ». Un travail de recherche qui a eu une répercussion directe sur les modes de management du SDIS 71, désormais plus participatifs et transversaux. Une évolution majeure qui permet de libérer les capacités d’innovation du service, mais aussi de contribuer au développement du volontariat, à la prévention des risques psycho-sociaux ou à la qualité de vie en service.

Docteur en sociologie des organisations de l’université Paris Dauphine, diplômé en chronobiologie à la faculté de médecine de la Salpétrière à Paris, Marc Riedel est en train d’achever un autre doctorat de psychologie à l’université de Tours qui porte cette fois ci sur la prévention des risques et l’influence du travail de nuit sur la santé des sapeurs-pompiers.

« Aujourd’hui je suis engagé au CIS de Cluny. Là où à Mâcon nous réalisions environ 4 500 inters à l’année avec 100 SP, nous en réalisons 650 avec 30 SPV. Je suis épaté par la densité opérationnelle du CIS Cluny, mais aussi par la compétence technique et la motivation de mes nouveaux collègues… Le monde des sapeurs-pompiers a encore beaucoup à m’apprendre ! ».

Texte de Hugues Demeude

Twitter @BELIER_HRO

Copyright BELIER HRO - Site réalisé sous SPIP avec le squelette Bélier HRO. - Mentions Légales