Nos domaines d’activité

  • Haute fiabilité organisationnelle

    Fiabilité et performance de l’activité opérationnelle, plans de continuité, optimisations des flux et des services supports, amélioration continue, réseaux managériaux d’entraide et d’expertise

    Qualité de vie, santé, et performance au travail

    Management de la fatigue et de la performance humaine, conciliation des sphères de vie, équilibre travail-vie privée, risques psychosociaux, travail de nuit, horaires atypiques, accidentologie, pénibilité...

    Management en situations complexes

    Management libéré, non hiérarchique, de proximité, de publics atypiques, mise en place de réseaux managériaux, bien-être du manager, dialogue social, soft-power...

    Innovation sociale

    Accompagnement durable du changement, agilité organisationnelle, supervision et régulation d’équipes, intégration des aléas (approches VUCA), intelligence économique et territoriale,

    Éthique et société

    Égalité femme-homme, intégration et recrutement de publics atypiques et à haut potentiel, diversité culturelle et générationnelle, médiation, handicap...

    Études et recherches scientifiques

    Expérimentations en situation réelle de travail, chronobiologie, psychologie, sociologie, évaluations psychométriques, enquêtes statistiques.

Travail du week-end et symptômes dépressifs chez les employés coréens

Une étude coréenne récemment publiée s’est intéressée aux liens existants entre les symptômes dépressifs et le travail effectué le week-end.

Un échantillon représentatif de 29171 employés à été interrogé lors d’un sondage sur les conditions de travail en 2011. Les symptômes dépressifs ont été considéré comme significatif lorsqu’ils étaient inférieurs ou égaux 7 sur l’échelle du questionnaire WHO-5 . Les liens entre le travail le week-end et les symptômes dépressifs y ont été quantifiés en tenant compte des facteurs sociodémographiques et liés au travail, incluant par exemple le nombre d’heures travaillées par semaine.

Les chercheurs ont ainsi démontré que la prévalence des symptômes dépressifs était plus importante pour les employés ayant rapporté au moins un week-end de travail, que pour les employés n’ayant pas travaillé du tout le week-end durant le dernier mois. Le travail de week-end était donc dans ce cas lié à une augmentation significative de la prévalence des symptômes dépressifs chez les travailleurs coréens. Ces résultats confirment en partie ceux d’une autre étude récemment publiée et portant sur les effets du travail pendant le temps libre chez les travailleurs européens.

Twitter @BELIER_HRO

Copyright BELIER HRO - Site réalisé sous SPIP avec le squelette Bélier HRO. - Mentions Légales